Affichage : 1 - 4 sur 4 RÉSULTATS
Bois construction Événements Territoires forestiers

Appel à projet « Concevons en bois de robinier local »

Lancé dans le cadre du Contrat Ambition Forêt « robinier » (CAF Robinier) financé par le Département de l’Isère et la Région Auvergne-Rhône-Alpes, et porté par les acteurs de la filière forêt bois en Isère, cet appel à projet a vocation à développer une filière de valorisation du robinier local.

L’appel à projet s’adresse notamment aux maîtres d’œuvre et d’ouvrage ayant un projet d’aménagement extérieur nécessitant l’emploi d’une essence de classe d’emploi 4 et a pour vocation de les accompagner en amont de la réalisation pour favoriser l’usage du robinier local.

Les projets doivent être déposés avant le 15 avril 2021.

Événements Formations Territoires forestiers

La tournée de formations « Nouveaux élus » 2020-2021 a débuté !

Nous vous l’avions annoncé : l’organisation de 9 formations réparties dans les quatre coins du département. Organisées en étroit partenariat avec les territoires concernés, ces formations sont l’occasion pour vous, élus intéressés par la forêt et le bois, de prendre en main les fondamentaux du monde forestier et de comprendre les grands enjeux et le rôle primordial de l’élu sur la multiplicité de facettes qu’offre la filière-bois.

Que ce soit dans le cadre d’une première élection ou bien une réélection, un début de mandat est souvent l’occasion de refaire un peu de neuf dans nos projets, notre vision des choses et la contribution que l’on veut apporter à la collectivité. C’est pourquoi nous invitons les élus locaux à venir s’interroger sur les différents rôles qu’ils peuvent avoir vis-à-vis de la filière forêt-bois.

Revenons sur les trois premières formations qui ont déjà eu lieu.

Le 13 octobre, à Saint-Pierre-de-Chartreuse, co-organisée avec le PNR de Chartreuse : L’après-midi a débuté avec une sortie terrain sur le marteloscope du Col de Porte. Derrière ce mot bien compliqué de « marteloscope » se cache un outil remarquablement bien construit et très parlant. Il s’agit d’une parcelle gérée par l’ONF, au sein de laquelle chaque arbre est répertorié, numéroté et connu dans ses moindres détails (essence, diamètre, volume, intérêts…). Ces informations sont compilées dans une application sur une interface cartographique très esthétique. Le but de l’exercice est de se mettre dans la peau d’un forestier qui doit marquer une coupe d’éclaircie dans la parcelle, et de choisir quels arbres couper et pour quelles raisons. À la fin, le logiciel analyse les résultats et fait un petit récapitulatif des choix qui ont été faits et de leur pertinence. C’est vraiment en pratiquant que l’on se rend compte de la complexité de la forêt et qu’être forestier ça ne s’improvise pas. Exercice lourd d’enseignements et qui nous amène à prendre conscience d’une multitude d’aspects de la gestion forestière.

La soirée s’est poursuivie à la Mairie de Saint-Pierre pour un déroulé un peu plus théorique, présentant la forêt du territoire, les rôles et responsabilités des élus, le travail de l’ONF de concert avec l’équipe municipale, et enfin l’importance de démarches territoriales telles que les Chartes Forestières de Territoire (CFT). Cette formation a été suivie par 10 élus du massif et ses alentours.

Sortie sur le marteloscope du Col de Porte avec élus et ONF
Formation en salle, le soir, à Saint-Pierre-de-Chartreuse

Le 15 octobre à Brézins et le 20 à Saint-Sorlin-de-Vienne : Ces deux dates, co-organisées avec la CFT Chambaran ainsi que la CFT Bas Dauphiné et Bonnevaux ont suivi le même déroulé. Les sorties sur le terrain, chapeautées par Fibois 38, étaient cependant différentes et il convient de détailler chacune d’elles. La première, qui s’est tenue à Saint-Paul-d’Izeaux, nous a permis de nous rendre sur un futur chantier forestier, où de nombreux enjeux étaient présents. L’exploitant ayant acheté la coupe nous a donc parlé des chemins qui nécessitaient parfois un temps de travail important pour permettre aux engins de passer. L’entreprise étant rémunérée à la quantité de bois récoltée, ce temps annexe non rentabilisé doit être bien géré par l’exploitant. Ensuite, un ruisseau coulant à proximité des parcelles concernées l’empêchait de passer par le chemin le plus court et l’obligeait à faire un détour puisque son franchissement est réglementairement interdit. La problématique de la gestion des chantiers selon la météo est très importante, puisque les frais liés à l’immobilisation ou au transfert des machines sont non négligeables. Enfin, dans un taillis de châtaignier vieillissant, l’aspect sécuritaire pour ses salariés comme pour lui-même doit également être considéré sérieusement.

Visite du futur chantier à Saint-Paul-d’Izeaux

La seconde sortie, qui s’est déroulée à Cour-et-Buis, a été l’occasion de découvrir un chantier en cours, toujours dans du taillis de châtaignier. Ici, l’exploitant a beaucoup insisté sur l’état des chemins qui est la « carte de visite » de l’entreprise. Laisser la voierie en bon état est une chose très importante pour les professionnels comme pour la collectivité. L’intérêt d’être en contact avec les élus locaux est d’ailleurs intéressant puisque cela permet d’avoir des conseils et des recommandations sur la praticabilité des chemins. Une autre thématique a été traitée : celle de la qualité des bois. En effet, certains défauts, comme la roulure du châtaignier, sont invisibles de l’extérieur et la coupe peut parfois perdre de la valeur par rapport à ce qui était prévu. Enfin, il faut aussi préciser que l’exploitant doit mettre au point toute une stratégie pour s’organiser au mieux. Dans ce cas, il a acheté une petite parcelle qui lui sert de place de dépôt, et aussi une autre parcelle qui pourra lui servir d’accès secondaire si jamais le chemin d’accès est trop abîmé par la pluie.

Sortie sur le chantier à Cour-et-Buis, pour l’exploitation d’un taillis de châtaigniers en bois énergie

Les réunions en salle qui ont suivi ces deux sorties ont aussi permis de présenter la forêt sur le territoire nord-isérois, les acteurs de la filière forêt-bois, et en particulier d’aborder quatre thématiques concrètes auxquelles vont être confrontés les correspondants forêts : l’état des chemins, la réglementation, le foncier, et les aides relatives à la forêt et au bois. Ce sont respectivement 20 et 10 élus qui ont assisté à ces après-midi de formation.

Événements Vie associative

Assemblée générale des Communes forestières de l’Isère

Le 3 octobre 2020, l’Association des Communes forestières de l’Isère a tenu son Assemblée générale à Lans-en-Vercors. Événement récurrent de la vie de toute association, celui-ci a eu lieu dans la salle du centre culturel « Le Cairn », bâtiment qui illustre parfaitement la thématique en faisant honneur à la construction bois.

C’est une quarantaine de personnes qui a répondu présent pour cette AG, et nous tenons à les remercier chaleureusement pour avoir fait le déplacement dans ce contexte perturbé. Nous pouvons noter la présence, en particulier, de Guillaume Gontard et Didier Rambaud, Sénateurs de l’Isère ; Marie-Noëlle Battistel, Députée de la quatrième circonscription de l’Isère ; Chantal Carlioz et Christian Coigné, Conseillers départementaux ; Dominique Jarlier, Président de la Fédération Nationale des Communes forestières (FNCOFOR) ; et Jean-Yves Bouvet, Directeur de l’agence Isère de l’Office National des Forêts (ONF). L’interprofession Fibois 38 ainsi que les scieurs Blanc et Eymard ont également représenté les professionnels de la filière bois.

Guy Charron, Président de l’Association des Communes forestières de l’Isère

L’occasion a ainsi été donnée au nouveau Comité directeur de l’association, très récemment élu, de se présenter aux adhérents. En effet, à la suite des élections municipales et communautaires, les statuts prévoient un renouvellement de l’équipe dirigeante. Cette dernière se compose alors de 14 membres, élus ou délégués des collectivités adhérentes, provenant de l’ensemble des massifs forestiers de notre département pour une meilleure représentation. Nous souhaitons d’ailleurs saluer la motivation de chacun des membres du Comité directeur, ainsi que leur engagement pour la filière forêt-bois, et remercier les membres sortants qui ont fait preuve d’assiduité et de détermination lors de leur mandat. Le Président de la FNCOFOR a d’ailleurs tenu à remettre à Guy Charron la médaille des Communes forestières pour le féliciter de sa nouvelle réélection à la présidence de l’association départementale.

Dominique Jarlier, Président de la FNCOFOR, remettant la médaille des Communes forestières à Guy Charron

Le Président Guy Charron, à l’occasion du rapport moral, a notamment insisté sur les multiples rôles des élus face aux thématiques forêt-bois : l’élu propriétaire de forêt et décideur sur la gestion de la forêt communale ; l’élu aménageur du territoire pouvant agir sur le foncier et sur la desserte forestière ; l’élu maître d’ouvrage public ayant la possibilité d’inclure le bois local certifié dans les constructions communales ou de mettre en place des chaufferies au bois ; et enfin l’élu médiateur en étant l’interlocuteur à la fois du grand public mais également de tous le spectre des acteurs du monde forestier. Jean-Yves Bouvet, Directeur de l’agence Isère de l’ONF, a très bien complété les propos du Président en rappelant les grands enjeux et problématiques de nos forêts d’aujourd’hui (et de demain), dans une intervention claire et pédagogique fortement appréciée par l’auditoire. En résumé, il est impératif de favoriser la capacité de stockage de carbone des forêts, qui en fait un atout de lutte contre le réchauffement climatique, de commencer à les adapter pour mieux faire face aux prochaines décennies, de restaurer l’équilibre entre forêt et gibier afin de garantir son renouvellement, mais aussi de réfléchir sur la manière d’accueillir mieux le public en forêt en lui faisant prendre conscience des enjeux de la gestion forestière.

Jean-Yves Bouvet, directeur de l’agence ONF Isère

Le rapport d’activité de l’année passée a ensuite permis de rendre compte de l’ensemble des actions menées, en effectuant un retour sur les formations et réunions réalisées, mais également en soulignant le travail qui a été fourni « dans l’ombre » mais qui n’en est pas moins nécessaire. Ce sont donc trois formations organisées, sur des thématiques différentes, et quatre réunions concernant la commercialisation des bois qui ont été données. Elles ont permis de toucher 93 élus et plus de 60 communes. Un événement politiquement marquant a été la mobilisation des élus locaux pour délibérer contre la mesure d’encaissement des recettes de bois par le Trésor public. Les Parlementaires isérois ont aussi été sollicités pour défendre notre cause devant les instances nationales. Cette forte mobilisation à tous les échelons a conduit à l’annulation de cette mesure par l’État. 2019 a aussi été marquée par l’organisation de la 16ème édition de la Fête de la Forêt de Montagne (FFM), à l’Alpe du Grand-Serre. 2000 personnes ont été accueillies sur quatre jours de festivité pour parler gestion forestière, équilibre sylvo-cynégétique, réchauffement climatique, construction bois, ou participer à différentes activités ludiques, conférences…

L’AG a été clôturée par les interventions des personnalités présentes. Nous retiendrons pour chacun un point marquant de leur discours. Chantal Carlioz a tout d’abord appuyé sur le fait que le Département de l’Isère était un acteur précurseur et moteur en termes de construction bois, sans oublier qu’il alloue chaque année 1 millions d’euros d’aides pour la filière forêt-bois dans son ensemble. Puis, Dominique Jarlier a souhaité présenter le projet « Aires forestières éducatives » qui vise à mettre en lien une commune, une école et une forêt, dans le but de responsabiliser les élèves tout au long de leur scolarité sur la gestion d’une parcelle forestière. Ensuite, Marie-Noëlle Battistel a défendu l’ONF, incarnation du service public français, face aux différentes réformes dans sa gouvernance et à la baisse constante de ses moyens. Elle rappelle aussi aux élus que les Députés sont là pour défendre leurs intérêts et qu’ils ne doivent pas hésiter à la solliciter. Enfin, Guillaume Gontard a exposé son dépôt d’amendement qui avait pour objet une réduction de la TVA pour le bois local certifié afin de soutenir la filière locale et de maintenir le tissu d’entreprises sur nos territoires. Malheureusement il n’a pas été adopté, mais le Sénateur ne lâche rien et poursuivra ses efforts pour défendre les intérêts de la forêt et du bois. C’est après une matinée riche en échanges, et relativement dense pour pouvoir aborder tous ces sujets d’importance, que l’AG a pu se terminer. Encore un très grand remerciement à toutes les personnes présentes, et en particulier aux intervenants.

Chantal Carlioz, Conseillère départementale de l’Isère
Marie-Noëlle Battistel, Députée de la quatrième circonscription de l’Isère
Guillaume Gontard, Sénateur de l’Isère
Événements Réchauffement climatique

Ça s’est passé les 3 & 4 septembre : Mountain forest and climate change

Le colloque tenu à Aix les Bains (73) sur le réchauffement climatique et les forêts de montagne a été coorganisé par les Communes forestières AuRA dans le cadre de la présidence française de la SUERA (Stratégie de l’Union Européenne pour la Région Alpine).Jeudi et vendredi derniers ont donc eu lieu des journées d’échange pour aborder les enjeux et les problématiques des forêts montagnardes face à leur futur, ou plutôt leurS futurS. Riches de propositions, les ateliers thématiques ont pu faire ressortir un certain nombre de mesures qui pourraient être mises en place pour appréhender plus sereinement les prochaines décennies (voire siècles). Ces propositions seront remontées aux instances en charge de l’écriture des attributions du FEADER (Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural), pour leur prochaine programmation qui s’étale sur 2021 – 2027.

Un grand merci aux organisateurs et aux nombreux participants !